28 Novembre 2016

Michel Cabaret

Hubert Curien et l'Espace des sciences de Rennes

L’Espace des sciences de Rennes est créé en 1984 à l’initiative du maire de Rennes, Edmond Hervé, et d’une association qui rassemble la communauté scientifique. Ce centre, d’abord dénommé CCSTI de Rennes, s’inscrit dans le paysage des années 1980 qui sont marquées par la mise en place d’une politique nationale de la culture scientifique portée par les ministères de la Culture et de la Recherche 1.

Dès l’ouverture le CCSTI rassemble une salle d’expositions temporaires et une bibliothèque grand public dédiée aux sciences et techniques dans le centre commercial Colombia. L’Espace des sciences, bien que situé à l’étage puisqu’il n’avait pas les moyens de se doter des surfaces commerciales les plus enviées au rez-de chaussée, était au cœur de Rennes en lien avec le grand public. L’implantation, bien qu’originale pour le monde culturel, allait s’avérer comme étant exceptionnelle. Le centre connaît un réel succès avec une fréquentation annuelle de près de 40 000 personnes. Rapidement le CCSTI organise des conférences scientifiques très suivies, édite une revue mensuelle « Sciences Ouest » et acquiert une dimension régionale. Tout ce développement était soutenu par Hubert Curien, ministre de la Recherche, et relayé par Marie-Noëlle Favier, directrice de la culture scientifique et technique qui bénéficiait de moyens pour les centres de sciences.

Dix ans après l’ouverture de l’Espace des sciences, j’avais pris en main les destinées du centre et je rêvais de créer à Rennes et en Bretagne un centre nouveau qui serait à l’image de celui qui avait marqué mes visites parisiennes et suscité ma vocation scientifique : Le Palais de la découverte.

C’est ainsi que j’ai pu soumettre un projet de développement, avec l’aide déterminante de notre association présidée par Paul Tréhen, auprès du maire de Rennes. En 2000 allait démarrer la construction du Nouvel Equipement Culturel devenu les Champs Libres qui allait regrouper la bibliothèque, le musée de Bretagne et l’Espace des sciences. Hubert Curien avait pris l’habitude de venir présenter chaque année une conférence sur la matière, l’énergie ou encore la conquête spatiale. Il participait également à l’inauguration de certaines de nos expositions et il était toujours très attentif à ce que l’Espace des sciences soit bien identifié dans l’ensemble des Champs Libres. Il avait écrit et remis à la presse ce message : 

« La base associative, sur laquelle est fondé l’Espace des sciences, est extrêmement précieuse… Dans ce cadre, le projet du NEC (ndl : Les Champs Libres) est un très bel enjeu pour la ville de Rennes avec ses espoirs et ses prudences. Quand on rassemble des activités de nature assez voisine, mais tout de même pas identiques, il faut veiller à ce que chacun puisse conserver une identité dans cet ensemble. Dans une famille, chacun peut avoir son identité et cependant vivre de façon conviviale, fructueuse et enrichissante. » 2

Une de ses visites sera essentielle pour montrer l’attachement et l’intérêt qu’il porte à l’Espace des sciences. Le 4 décembre 1992, il annonce publiquement l’engagement de son ministère à hauteur de 8 millions de francs pour les investissements dédiés à la construction du nouveau centre. Hubert Curien était un grand scientifique, un homme de culture et un démocrate préoccupé par la responsabilité des scientifiques. Cette volonté de partage des savoirs, il nous l’avait communiquée lors de cette journée :

« Il est absolument indispensable d’expliquer à nos concitoyens ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons, quels sont les bénéfices qui s’ensuivent ? C’est pour un pays comme le nôtre une vocation de plus en plus évidente. Il ne faut en aucun cas tolérer un quelconque clivage entre ceux qui savent déjà et ceux qui ne savent pas encore. C’est un devoir absolu qu’il nous faut remplir en y associant le plus possible de partenaires. »

Il sera de nouveau à nos côtés, avec son épouse Perrine, pour visiter le chantier du futur Espace des sciences dans les Champs Libres le 15 octobre 2003. Ce sera sa dernière visite chez nous, dans une ville qu’il aimait bien et où il avait de nombreux amis. Il aurait été très heureux d’apprendre que l’Espace des sciences est aujourd’hui le centre de sciences le plus fréquenté en région avec plus de 200 000 visiteurs par an et que Morlaix Communauté porte le projet d’une antenne de l’Espace des sciences de Rennes dans la manufacture des tabacs de  Morlaix.

La belle salle de conférences de l’Espace des sciences et des Champs Libres porte désormais son nom. 3 Quel plus bel hommage puisqu’elle accueille chaque semaine les plus grands scientifiques français dans le cadre des « Mardis de l’Espace des sciences ».

Michel Cabaret

  • Directeur de l'Espace des Sciences 

 

hc-curien-champs-libres.jpg

Brochure "Un homme de science et de culture" à télécharger

1 « Histoire des mouvements de culture scientifique, technique et industrielle depuis la Guerre » – Etienne Guyon, Bernard Maitte, Jean-Claude Guiraudon et Dominique Ferriot – Revue Découverte n° 401, nov.-déc. 2015 (p. 32 à 39)

2 Hubert Curien au CCSTI – Hélène Tattevin, Sciences-Ouest/Réseau n°85, janvier 1993 (p. 4)

3 La salle de conférences des Champs Libres porte un grand nom « Hubert Curien », un homme de science et de culture – Dominique Ferriot – Sciences Ouest n° 237, novembre 2006 (supplément 4 pages)

 

Publié dans :