30 Novembre 2016

Un numéro d'Histoire de la recherche contemporaine consacré à Hubert Curien

Histoire de la recherche contemporaine, la revue du Comité pour l’histoire du CNRS, consacre une édition à Hubert Curien.

Hubert Curien, une vie pour la recherche

Le dossier du nouveau numéro de la revue du comité pour l’histoire est dédié à une figure exceptionnelle de la recherche contemporaine. De l’amphithéâtre au ministère, son parcours et les grandes actions qu’il a menées sont retracés au travers d’une dizaine d’articles originaux, complétés par de nombreux témoignages et illustrations.

Information et achat de la revue sur le site du CNRS

hc_revue-couverture.jpg

Sommaire de la revue

Art. 1 : Hubert Curien physicien et professeur

André Authier

Résumé : Les étapes successives de la carrière du grand serviteur de l’État qu’était Hubert Curien sont rappelées en détaillant plus particulièrement la première, qui va de sa jeunesse vosgienne à sa nomination comme directeur scientifique au CNRS en 1966. Résistance, École normale supérieure, thèse préparée sous la direction de J. Laval au Laboratoire de minéralogie-cristallographie de la Sorbonne et soutenue en 1951, assistant, puis professeur d’université. Ses principaux travaux de recherche en physique et en cristallographie sont évoqués. Des encarts précisent les souvenirs qu’il a laissés comme chercheur et président du Conseil de l’université de technologie de Compiègne.

 

ART. 2 : Hubert Curien, directeur(s) du CNRS

Denis Guthleben

Résumé : Entre 1966 et 1973, Hubert Curien a exercé successivement les fonctions de directeur scientifique pour la physique puis de directeur général du Centre national de la recherche scientifique. Ces sept années passées à la tête de l’établissement apparaissent autant formatrices que révélatrices des qualités qu’il montrera par la suite, de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique dans les années soixante-dix au ministère de la Recherche dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix.

Art. 3 : Hubert Curien à la DGRST

Jacques Sévin

Résumé: De 1973 à 1976, Hubert Curien a exercé les fonctions de Délégué général à la recherche scientifique et technique. A la tête de la DGRST qui préparait et coordonnait la politique scientifique et le budget annuel de la recherche publique, il était au coeur de la machine gouvernementale. On évoquera les temps forts du mandat de H.C. : volonté gouvernementale de relance et structuration de la recherche publique, mise en place sous son leadership d’une nouvelle organisation de la formation des jeunes chercheurs, période cruciale de l’Europe spatiale où H.C. allait par la suite jouer un rôle clé.

Art. 4 : Hubert Curien, à la présidence du CNES

Jacques Arnould

Résumé : Président du Centre national d’études spatiales (CNES) de juillet 1976 à juillet 1984, Hubert Curien a soutenu le programme du lanceur Ariane, avec le succès inaugural de décembre 1979, puis la création de la société Arianespace. Il est aussi à l’origine du programme d’observation spatiale Spot (Système probatoire d’observation de la Terre puis Satellite pour l’observation de la Terre). Au CNES comme à l’Agence spatiale européenne (ESA) qu’il a présidée avec une grande diplomatie, puis au ministère de la Recherche, il a eu à cœur de mettre la science au centre de programmes spatiaux internationaux ambitieux (avec les USA et l’URSS en particulier), sans jamais oublier la dimension éducative de l’espace.

Art. 5 : Le ministre Hubert Curien

Philippe Waldteufel et Marie-Claude Ledur

Résumé : Pendant ses mandats ministériels (1984-1986 puis 1988-1993), Hubert Curien a donné une forte visibilité à la recherche au sein de l'action gouvernementale. Il a agi dans tous les domaines : outils de pilotage (tableaux de bord, prospective, évaluation) ; renforcement de l'organisation de la recherche publique ; cohérence accrue du Budget civil de recherche ; montée en puissance de la recherche industrielle ; développement des rapports entre science, société et citoyen… sans oublier la prédilection pour l'Espace ni, surtout, la priorité qu'Hubert Curien a, toute sa vie durant, donnée à la formation par la recherche.

Art. 6 : Hubert Curien et le partage de la science

Dominique Ferriot

Résumé : Hubert Curien développe, dès l’enfance, une culture de l’observation qui contribue à l’éveil de sa vocation scientifique. Physicien, enseignant, il sait faire partager son goût des sciences et sa conviction que la recherche doit être l’affaire de tous. Au CNRS puis à la DGRST Hubert Curien promeut une politique éditoriale et la création de lieux de partage des savoirs qui, bientôt, irrigueront le territoire national. Ministre, il lance un programme mobilisateur pour la culture scientifique et technique avec des actions novatrices en direction de la jeunesse et des entreprises. Défenseur d’une francophonie bien comprise, Hubert Curien soutient une littérature scientifique de qualité pour les étudiants comme pour un public plus large.

Art. 7 : La science en fête

Marie-Claude Ledur

Résumé : Hubert Curien a créé La science en fête en 1992 pour faire connaître à tous les Français le monde de la recherche et susciter des vocations chez les plus jeunes. Les directeurs d'organismes furent sollicités et, rapidement, des animations furent organisées par les laboratoires à Paris et dans toutes les régions. Les centres de culture scientifique et les musées s'associèrent à l'initiative avec enthousiasme. Le bilan sur toute la France dépassa toutes les espérances : plus de 500 000 personnes participèrent à l'évènement. Le ministre évoqua la science en fête à Bruxelles, lors d'un conseil de la recherche. Trente ans plus tard la science en fête existe toujours et touche un public de plus en plus nombreux. En 2015, dix autres pays ont également fêté la science.

Art. 8 : L’ancrage de la recherche en région

Laurent Beauvais et Marie-Claude Ledur

Résumé : Hubert Curien, vosgien d'origine et professeur d'université, a toujours été conscient de l'importance de la recherche dans le développement des territoires. Tout au long de sa carrière, dans ses différents postes au CNRS, au CNES à la DGRST, il mettra en place des structures de nature à favoriser le rapprochement des laboratoires des organismes et des universités et développera les centres de recherche régionaux. En 1992, ministre de la Recherche, il lancera un grand programme de régionalisation en impliquant tous les acteurs concernés. Aujourd'hui, on a du mal à imaginer ce que serait la recherche publique en France sans cette initiative.

ART. 9 : Hubert Curien et l’international

Philippe Zeller et Philippe Waldteufel

Résumé : Dans toutes ses responsabilités, Hubert Curien a encouragé la coopération scientifique internationale, porteuse de progrès et souvent génératrice de projets de grande ampleur. En sens inverse, en tant que ministre aux côtés du président François Mitterrand, il s'est employé à mettre cette coopération au service de la diplomatie, particulièrement lors de la période délicate de l'effondrement du bloc soviétique. De même, il a œuvré avec pragmatisme et persévérance à la construction de l'Europe de la science. Hubert Curien, ancien maquisard, laisse le souvenir d'un partisan infatigable de l'amitié franco-allemande et de la paix.

ART. 10 : Lascaux II: où l’art rencontre la science

Conversation avec Monique Peytral, peintre, Bernard Augst, sculpteur, par Luc Heintze
Interview du prehistorien Denis Vialou, par Luc Heintze

Résumé: Monique Peytral, peintre, et Bernard Augst, sculpteur, nous invitent à un cheminement à la confluence de l’art et de la science dont a émergé la réplique de la grotte de Lascaux. Onze années de recherches et d’investissement personnel, avec l’appui des techniques les plus avancées de l’époque, dont l’unique objectif est de restituer et transmettre aux générations futures un patrimoine culturel et artistique d’exception.

A propos de :