28 Novembre 2016

Alain Bensoussan

hubert Curien et ERCIM - European consortium for informatics and mathématics

Hubert Curien a fait tant de choses, qu’il est impossible de toutes les présenter. Néanmoins je voudrais mentionner un point, qui, certes n’a pas à être listé en numéro 1, mais montre sa très grande ouverture et son éclectisme.

ERCIM veut dire « European Consortium for Informatics and Mathematics » On dira un « réseau européen » la grande affaire, il y en a tellement. Sauf que c’était le premier. Exactement, c’est le premier GEIE de la recherche. On se rappelle l’Acte unique européen, signé en 1986. Dans mon expérience de la construction européenne, c’est l’un des rares moments où l’on a senti un vrai élan et de l’enthousiasme pour faire avancer l’Europe. Notamment on a lancé les GEIE, groupements européens d’intérêt économique. L’idée était de créer une structure de statut européen pour que des entités de toute nature s’associent en Europe. S’associer était bien sur utile en soi, mais c’était aussi vu comme un moyen de contribuer à la construction européenne. A cette époque, chacun se disait, comment puis-je contribuer à l’Europe ?

Où en était la recherche européenne à l’époque : peu unifiée, a part bien sûr le CERN. Le premier programme- cadre avait démarré en 1984.

J’étais Président de l’INRIA à l’époque, et très motive par l’Europe. Que pouvait faire l’INRIA pour l’Europe ? Avec mes homologues allemand et néerlandais, nous en avons parlé et pris la décision de proposer la création d’un GEIE de la recherche dans notre domaine. Apres tout le GEIE venait d’être créé et aucune initiative n’avait été prise par les organismes de recherche. Nous étions les premiers.

Nous étions en 1988 et Hubert Curien venait de retrouver son poste de Ministre. Rien ne pouvait être fait sans son accord. Je voudrais exprimer toute ma reconnaissance pour le soutien qu’il a apporté à ce projet, dont il avait apprécié le symbole.

ERCIM était officiellement créé en 1989. Nous venons de fêter son 25eme anniversaire. Il comporte aujourd’hui une vingtaine d’organismes et l’enthousiasme originel reste intact.

L’appui sans réserve d’Hubert Curien à cette initiative a été crucial.

Alain Bensoussan

  •  Président de l'INRIA (Institut national de recherche en informatique et en automatique) de 1984 à 1996
  • Actuellement: Ashbel Smith Chair Professor, University of Texas at Dallas Chair Professor of Risk and Décision Analysis, City University of Hong Kong

 

 

Publié dans :